Aller au contenu principal

News Corner

31 jan

Exit et Brexit à la City

Mon besoin d’information grandissait: il fallait me rapprocher d’une nouvelle source d’inspiration au moment où internet en était à ses débuts. Londres et son Académie d’architecture d’intérieur m’attendait. J’y suis restée 5 ans. Choc culturel, à tout point de vue. »

La langue tout d’abord qu’il faut maîtriser. La recette d’Elena: travailler dans les pubs. Puis la formation à St Martin « l’enseignement consiste à donner des outils de création. Aux étudiants de savoir utiliser ou casser les codes esthétiques.Cet apprentissage était résolument nouveau, je n’avais plus à obéir. »

En matière de relocation Elena a tout fait seule et dans la difficulté : obtenir une immatriculation pour l’assurance, les banques, le bail de sa chambre. Découvrir l’impassibilité anglaise : « j’ai enfin compris que l’anglais est peu expressif, et que cela n’était pas contre moi ! »  découvrir les dangers de la vie urbaine, ça aussi c’était nouveau... A 26 ans Elena est prête à travailler dans son métier.

« Le seul endroit où j’allais participer à plusieurs projets d’aménagement, c’est à Shanghai: on y construit encore plusieurs hôtels de luxe chaque année sans compter les logements privés. Pour me faire la main, un métier et me faire un nom, il fallait aller à Shanghai. »

admin

. Envoyez nous un message .

Merci de prendre contact pour obtenir des informations complémentaires ou un devis.